homebanner homebanner homebanner homebanner homebanner homebanner

Les annuelles du jardin pérenne

Plantes Comestibles: Le guide pour vous inspirer a choisir et cultiver des plantes comestibles hors du commun

 

L’association ‘Plants For A Future’ a toujours eu pour but d’apporter des informations sur les plantes vivaces et d’encourager leur culture. Mais cela ne veut pas dire que nous sommes contre la culture des plantes annuelles. Ce chapitre examine la façon dont on peut inclure de nombreuses cultures annuelles conventionnelles dans un jardin de plantes vivaces et traite également des espèces annuelles moins connues telles que la mauve crépue et le lupin des Andes. Nous utilisons le terme ‘annuel’ dans un sens assez large pour représenter ces plantes que nous cultivons de façon annuelle (comme les haricots d’Espagne), plutôt que de nous limiter aux véritables annuelles qui complètent leur cycle de vie en une année.

 

Bien sûr, comme nous l’avons montré dans la première partie de ce livre, nous n’aimons pas l’idée de cultiver des plantes de la même espèce en rangs bien droits. En règle générale, plus les plantes d’une même espèce cultivées ensemble sont nombreuses, plus les risques de problèmes de maladies et de parasites sont importants. Donc, si vous voulez cultiver des plantes annuelles, nous vous recommandons de les intégrer autant que possible aux plantes vivaces. Ceci n’est pas toujours facile, et il existe un certain nombre de plantes annuelles qui ne s’intègrent pas facilement dans un système de plantes vivaces, mais le nombre de plantes pouvant très bien s’adapter à un tel système est surprenant.

 

Il y a des avantages et des inconvénients à intégrer des annuelles. Les inconvénients incluent:

 

• Les plantes sont plus dispersées et la récolte de certaines espèces comme les carottes et les petits pois peut être plus compliquée, car vous devrez vous promener ici et là pour en récolter une quantité suffisante.

 

• Il faut faire très attention lors de la sélection de lieux pour cultiver ces plantes, car très souvent les plantes vivaces poussent rapidement et étouffent les annuelles avant qu’elles n’aient le temps de s’établir.

 

• les annuelles peuvent avoir des difficultés à s’établir à cause des systèmes racinaires des vivaces déjà établies.

 

• La récolte de certaines espèces, en particulier les racines de grande taille, peut être difficile car les racines des vivaces peuvent être endommagées en déterrant les annuelles.

 

Les avantages incluent:

 

• Il existe un grand nombre de bénéfices pour le sol et les écosystèmes.

 

• En dispersant vos plantes parmi les vivaces, les risques de problèmes de parasites et maladies sont grandement réduits.

 

• En sélectionnant des espèces au développement complémentaire, comme par exemple en laissant les petits pois grimper sur de petits arbustes, il est possible d’en cultiver davantage dans un même périmètre et d’augmenter donc la productivité totale.

 

 

 

Lorsque vous décidez de l’emplacement des annuelles dans un jardin de plantes vivaces, il est important de considérer les besoins de chaque espèce, ainsi que leur rythme de croissance et leur cycle de vie. La grande majorité des plantes vivrières annuelles que l’on cultive sont mieux adaptées à une exposition ensoleillée (de nombreuses espèces telles que les choux, les betteraves et les carottes sont à l’origine des plantes de bord de mer). Donc, quand vous choisissez un site pour les cultiver parmi les vivaces, choisissez plutôt des endroits ensoleillés. Vous obtiendrez de bien maigres récoltes à l’ombre, bien qu’il existe des exceptions à cette règle que l’on vous indiquera lorsque nous considèrerons chaque espèce individuellement. Vous devrez également prendre en compte la taille de ces annuelles à maturité et celles des plantes vivaces qui les entourent.

 

Certaines plantes, comme les oignons, sont très fines et peuvent donc occuper de petits espaces alors que d’autres telles que le brocoli sont beaucoup plus importantes et il leur faudra un grand espace.

 

Nous avons observé que les annuelles peuvent être cultivées en utilisant l’une des méthodes suivantes:

 

1. Les auto-semences. Si on les laisse fleurir et monter en graines, plusieurs annuelles telles que les bettes et le cresson de terre, sont capables de se régénérer chaque année tant qu’elles ont un peu de terre pour que les graines puissent germer.

 

2. Semences directement en place chaque année. Les espèces telles que les radis, les petits pois, les oignons et les navets germent rapidement et poussent assez rapidement pour pouvoir être semées directement entre les plantes vivaces.

 

3. Semences en pot. De nombreuses espèces, comme les haricots verts, les tomates, le maïs et la laitue peuvent être semées en pot ou en caissette dans une serre et transplantées au jardin lorsqu’elles sont assez grandes.

 

Quelques espèces, en particulier les carottes sont assez difficiles et leur culture et/ou leur récolte demande beaucoup de travail dans un jardin annuel. Elles germent assez lentement, n’aiment pas être repiquées, et en général ne font pas bon ménage avec les plantes vivaces. Nous étudierons de plus près les différentes méthodes pour cultiver des annuelles et quelles plantes entrent dans chaque catégorie.

Les cultures vivrières plus traditionnelles seront mentionnées dans leurs catégories respectives, mais on ne les étudiera pas en détail car on peut facilement trouver des informations sur ces plantes dans les livres de jardin conventionnels. Cependant, nous étudierons de plus près les espèces peu connues en tant que cultures potagères. Dans tous les cas, nous essaierons de donner des indications sur la taille des plantes (hauteur et envergure) pour vous aider à placer ces plantes. Notez s’il vous plait que les tailles sont basées sur la taille des plantes lors de leur récolte plutôt que sur la taille optimum de la plante. Donc, pour les plantes que l’on récolte et déterre avant qu’elles ne montent en graine, la taille indiquée est celle de la plante au moment de la récolte plutôt que celle de la plante en fleur.

 

 

Group 1 – Auto-semences

 

Ces plantes sont, une fois établies, capable de se régénérer pendant de nombreuses années en se ressemant toutes seules. Il suffit généralement de semer les graines à certains endroits du jardin pour qu’elles s’établissent. Deux facteurs importants sont à prendre en compte. Premièrement, il vous faudra laisser quelques plantes monter en graine, en règle générale, trois plantes suffisent. Il vous faudra sélectionner les meilleurs spécimens afin de garantir la qualité des futures générations de cette espèce. Deuxièmement, il faut de la terre pour que les graines germent, en général, il suffit de créer de petits espaces au milieu des plantes vivaces en binant.

 

Les graines sont semées directement en place. Tout d’abord, sélectionnez un endroit approprié parmi les vivaces, puisque la plupart des graines sont semées au printemps, il vous faudra imaginer la taille que prendront les plantes vivaces pendant les mois suivants et vous assurer que vos espaces sont assez grands. Pour préparer le sol, binez pour obtenir une terre friable puis semez les graines. Même lors des saisons humides, il faut s’assurer que la terre reste assez humide pour que les graines germent car la terre autour des plantes vivaces sera plus sèche que celle d’un potager conventionnel. Pendant les saisons plus sèches, il faut souvent bien arroser avant de semer et recouvrir ensuite la terre de feuilles de journal pendant quelques jours après la semence pour éviter qu’elle ne se dessèche. Ne la laissez pas couverte trop longtemps, car les graines ont besoin de lumière pour germer.

 

Il existe de nombreuses plantes à la fois intéressantes et utiles qui se ressèment toutes seules et demandent très peu d’entretien. Elles ne font bien souvent pas partie des cultures conventionnelles, car celles-ci ont fait l’objet de sélections depuis des centaines d’années et en conséquence, ont perdu la vitalité qui permet aux annuelles de devenir adventices au jardin. De plus, lorsqu’on cultive des variétés nommées, il est important de se rappeler que les futures générations ne seront probablement pas identiques à la première à cause de la pollinisation des insectes qui dispersent le pollen vers des formes sauvages de la plante ou d’autres variétés qui poussent à proximité.

 

Le légume le plus connu de ce chapitre est la bette, Beta vulgaris cicla (90cm x 40cm). C’est une plante très productive qui se ressème très facilement et mérite bien sa place au jardin.

 

Atriplex hortensis.

 

(180cm x 30cm) L’arroche des jardins est encore une plante cultivée pendant de nombreuses années, bien qu’on ne l’utilise que rarement comme aliment de nos jours. On peut cuire les feuilles et les utiliser comme des épinards, elles ont un goût fade et sont traditionnellement mélangées à des feuilles d’oseille pour modifier l’acidité de cette dernière. Il existe des variétés très ornementales avec des feuilles de couleur bronze ou rouge foncé qui trouvent très bien leur place dans un massif de fleurs, leur goût est en général le même que celui des feuilles vertes et elles ont tendance à se reproduire parfaitement, et on peut donc les utiliser comme culture d’auto-semence.

 

Barbarea verna.

 

(30cm x 25cm) Les feuilles du cresson de terre ont un goût très épicé de cresson et sont délicieuses ajoutées à une salade mixte. Une fois que cette plante est établie dans votre jardin, elle se ressème toute seule très bien et peut germer et se développer même parmi les adventices, elle pousse même dans une pelouse. Dans les climats doux, vous pourrez récolter des feuilles tout au long de l’année, dans les climats plus rudes, la plante mourra certainement en hiver mais reviendra très rapidement au printemps.

 

 

Chenopodium album.

 

(90cm x 20cm) La plupart des jardiniers considèrent le chénopode blanc comme un adventice plutôt qu’une culture mais cette plante a longtemps été utilisée comme nourriture. De ce fait, il existe au moins une variété nommée, qui s’appelle ‘Magenta’, son goût est considéré par certains comme le meilleur de toutes les herbes. Si vous cultivez la variété ‘Magenta’, rappelez-vous que les plantes ne seront certainement pas identiques à leurs parents mais seront croisées avec l’espèce sauvage et vous aurez des plantes différentes. Etant donné que le chénopode blanc est un adventice commun, il s’établit très bien au jardin, il apparait même sans y être invité! Une fois que cette espèce est présente dans votre jardin, vous pouvez l’utiliser de différentes manières. Les feuilles se substituent très bien aux épinards, leur goût est un peu fade mais vous pouvez l’améliorer en le mariant à des feuilles au goût plus prononcé. On peut récolter les jeunes têtes de fleur et les cuisiner de la même façon que le brocoli, c’est une très bonne alternative. Les graines sont également comestibles et très nutritives. Elles sont assez petites et il est plus facile pour les utiliser de les moudre et d’ajouter cette poudre à la farine de blé traditionnelle pour faire des gâteaux, du pain, etc... Il faut faire tremper les graines pendant 12 heures dans de l’eau avant de les utiliser pour se débarrasser de la substance amère qui se trouve à l’extérieur de la graine (vous pouvez ensuite utiliser l’eau comme shampoing ou la vaporiser sur les plantes pour repousser les oiseaux).

 

 

La Claytonie.

 

(15cm x 15cm) Le pourpier d’hiver, C. perfoliata, et la claytonie de Sibérie rose, C. sibirica, sont des plantes de petite taille qui, une fois établies, se ressèment toutes seules avec allégresse. Elles sont assez faciles à contrôler cependant, et posent rarement de problème. Ces deux plantes tolèrent bien l’ombre et font partie des quelques plantes mentionnées dans ce livre qui se plaisent même aux endroits très ombragés. Elles sont également très utiles car leurs feuilles sont disponibles toute l’année, même en plein cœur de l’hiver. Beaucoup trouvent que les feuilles roses de la claytonie de Sibérie ont un goût trop terreux, mais le pourpier d’hiver a un goût plus doux et plus agréable. On peut les utiliser tous les deux en salade ou cuits, bien qu’ils aient une texture un peu visqueuse.

 

Eruca vesicaria sativa.

 

(60cm x 25cm) Les feuilles au goût très fort de la roquette sont devenues un ingrédient très populaire. Il existe une espèce vivace au goût très similaire et sûrement meilleur que l’espèce annuelle. L’annuelle peut produire des feuilles pendant presque toute l’année dans les régions les plus clémentes du pays où les graines germent et poussent tout au long de l’année. Dans les régions plus froides, on peut récolter des feuilles du milieu du printemps à la fin de l’automne.

 

Papaver somniferum.

 

(60cm x 20cm) Il est surprenant que peu de gens sachent que le pavot à opium fait partie des cultures vivrières, et pourtant, c’est de cette plante dont proviennent les délicieuses petites graines bleues que l’on utilise pour décorer les pains et brioches. Le pavot somnifère est également cultivé dans le jardin ornemental pour ses fleurs délicates (dans le climat britannique, les quantités d’opium obtenues à partir de la sève de cette plante sont si négligeables qu’il est tout à fait légal de la cultiver). C’est une excellente plante à faire pousser parmi les annuelles. Si vous la cultivez pour ses graines, laisser les capsules de graines sécher sur la plante avant de les récolter entières et d’en recueillir les graines. Vous pouvez alors en semer quelques-unes dans le jardin pour l’année prochaine.

 

 

Valerianella

 

(30cm x 20cm). Il existe deux types d’espèces différentes dans ce genre botanique qui font d’excellentes salades, V. locusta, la mâche, et V. eriocarpa la mâche à fruits velus. Les graines de ces plantes sont en général semées en fin d’été pour que les feuilles soient disponibles pendant tout l’hiver. Quand vous laissez les plantes se ressemer toutes seules, elles germent en général au printemps et en été et ne seront donc pas disponibles en hiver. Si cela est le cas, il sera préférable de récolter quelques graines et de les semer vous-mêmes à la fin de l’été.

 

 

Group 2 – Semences directement en place.

 

La méthode pour établir les plantes présentées ici est la même que pour les auto-semences mentionnées ci-dessus, mis à part le fait qu’il faille répéter l’opération chaque année car les plantes ne sont pas assez vigoureuses pour se maintenir d’elles-mêmes en se ressemant toutes seules. Voir le chapitre sur les auto-semences pour savoir comment les semer.

 

La seule chose importante ici est de s’assurer que la graine puisse germer rapidement après avoir été semée et que la croissance des jeunes plants soit assez vigoureuse pour que la plante puisse s’établir parmi les vivaces. De nombreux légumes conventionnels entrent dans cette catégorie, ainsi que des plantes très intéressantes mais moins connues.

 

Les espèces bien connues sont les oignons et les échalotes (utiliser des bulbes si vous les plantez directement en place, les graines devront être plantées en pot), Allium cepa (30cm x15cm); ensuite viennent les nombreuses formes de Brassica oleracea comme le chou (30cm x 30cm), le chou frisé (80cm x 50cm), le brocoli (90cm x 60cm), le chou-fleur (75cm x 50cm), les choux de Bruxelles (120cm x 30cm) et le chou-rave (45cm x 25cm); Brassica napus napobrassica, le rutabaga (60cm x 30cm); les nombreuses formes de Brassica rapa dont le navet (30cm x 20cm) et le chou-chinois (40cm x 25cm); les formes de Beta vulgaris dont la betterave (35cm x 20cm) et la bette à carde (40cm x 30cm); ensuite, celle qui est peut-être la variété annuelle la plus facile, le radis, Raphanus sativus (20cm x 10cm); Spinacia oleracea, l’épinard (30cm x 20cm); et le haricot d’Espagne, Vicia faba (100cm x 20cm). De plus, les pommes de terre, Solanum tuberosum (70cm x 30cm), peuvent également être plantées directement en place.

 

 

Chenopodium quinoa.

 

(150cm x 25cm) Le Quinoa est cultivé en Amérique du Sud depuis bien longtemps comme céréale et il est désormais cultivé de plus en plus dans d’autres régions du monde comme aliment sans problème, productif et très nutritif. La graine est différente de la plupart des autres légumes car c’est une protéine complète avec la même valeur biologique que le lait (la plupart des protéines de plantes sont déficientes en aminoacides et il faut les mélanger pour obtenir une protéine complète). La graine germe très rapidement et la plante pousse très rapidement. Si on choisit les bonnes variétés, les rendements en Angleterre peuvent être très intéressants. Ken Fern a obtenu une bonne récolte du cultivar ‘Dave’ bien qu’il ait noté que pendant les saisons très humides, les têtes de graines peuvent absorber l’humidité et ce qui entraîne la moissisure des graines. Dans une telle situation, il vaut mieux faire pousser des variétés aux récoltes plus modestes telles que ‘Temuco’ ou ‘Faro’, dont les têtes de fleurs sont plus ouvertes.

 

 

Chrysanthemum coronarium.

 

(60cm x 60cm) Le chrysanthème à couronne est cultivé couramment comme culture vivrière en Orient alors qu'on le considère plus comme plante d'ornement en Angleterre. Les jeunes pousses et les tiges ont un goût aromatique assez fort et ne plaisent pas à tout le monde, bien que nombreux sont ceux qui l'apprécient. On peut l'utiliser comme herbe (attention de ne pas trop le cuir ou il serait amer), ou ajoutez les jeunes feuilles à des salades composées. Commencez à récolter les plantes après quatre ou cinq semaines et coupez-les bien courts pour augmenter la productivité et garder la plante petite. C'est une plante qui se ressème toute seule assez facilement dans certains jardins donc si vous la cultivez et la laissez monter en fleurs, faites attention aux jeunes pousses les années suivantes.

 

 

Fagopyrum esculentum.

 

(150cm x 30cm) On cultive souvent le sarrasin pour ses graines comestibles mais ses feuilles  sont également très nutritives. Bien que leur goût soit loin d'être extraordinaire elles sont une excellente source de rutoside, un nutriment qui peut avoir un effet très bénéfique sur la circulation sanguine. La meilleure façon de les manger est soit d'ajouter quelques feuilles à une salade composée, soit de cuire les feuilles plus avancées avec des épinards ou du chou. La graine a un goût de noisette bien que sa texture soit un peu granuleuse. On peut s'en servir de céréale et on l’utilise souvent dans la fabrication d’aliments comme les crêpes ou les pâtes.

 

 

Malva verticillata.

 

(150cm x 50cm) La mauve crépue est une salade vraiment excellente dont les grandes feuilles tendres ont un goût assez doux. Plante très productive et facile à récolter, les plantes dont les feuilles mesurent plus de 30 cm de large sont toujours bonnes à manger. Elle remplace très bien la laitue. La plante est sensée être sensible au gel en Angleterre mais certains spécimens, poussant sur une  pente orientée au nord à 150 m d'altitude dans le Shropshire ont très bien résisté. Si c'est possible, essayer d'obtenir le cultivar 'Crispa' qui a plus de feuilles ornementales et un meilleur goût.

 

 

Pisum sativum.

 

(60cm ou plus x 30cm) Le petit pois de jardin est un légume bien connu mais je l’ai inclu ici à cause de sa façon de pousser. Il existe des cultivars nains qui ne mesurent qu'environ 60 cm de haut et on peut également se procurer des variétés plus anciennes et plus hautes qui grimperont le long d'autres plantes et s'y maintiendront grâce à leurs vrilles. Il vaut vraiment la peine d'obtenir ces anciennes variétés et les laisser grimper dans un buisson ou une haie. Les récoltes seront un peu moins importantes mais les plantes ne demandent aucun travail car elles n'ont pas besoin de tuteur. Certains trouvent que les anciennes variétés de petits pois sont bien meilleures que les formes naines. Autre avantage de cette culture : lorsqu'on coupe les petits pois cultivés de cette façon (coupez-les à ras de terre et laissez les racines), les racines apportent de l'azote aux plantes avoisinantes en se décomposant et aident ainsi leur croissance.

 

 

Portulaca oleracea.

 

(25cm x 25cm). Il existe deux espèces de pourpier, l’une avec des feuilles vertes et une espèce cultivée dont les feuilles sont jaunes dorées. Toutes les deux sont très bonnes en salade. Elles poussent très rapidement à partir de graines et on peut commencer à les récolter après seulement 6 semaines. Ces plantes craignent le gel et on les cultive comme annuelles en Grande-Bretagne mais dans les régions au climat plus clément, elles peuvent être des advantices envahisssants qui se multiplient très facilement grâce à leurs graines. Les feuilles ont un goût assez acide et lorsqu’elles sont jeunes, elles sont délicieuses dans une salade composée. Les feuilles plus avancées sont meilleures cuites et utilisées comme herbe ; elles sont plutôt mucilagineuses et on les utilise parfois pour épaissir la soupe à la place d’okras. Les feuilles de pourpier, contrairement aux autres feuilles, sont une bonne source d’acides gras oméga-3, bien que certaines graines, comme par exemple les noix en contiennent bien davantage. La graine, bien qu’elle soit de petite taille et fastidieuse à utiliser, est également comestible.

 

Traditionnellement, on la réduisait en une poudre que l’on mélangeait aux céréales pour faire du gruau, du pain, des crêpes, etc…

 

 

 

Tragopogon porrifolius.

 

(60cm x 30cm) On cultive parfois le salsifi au jardin pour sa racine comestible et si on le laisse fleurir, c’est également une plante assez ornementale. La racine a un goût assez doux et sucré qui apparemment rappelle celui des huîtres. On peut râper les jeunes racines et les manger crues en salade, mais mieux vaut cuire les plus avancées. Les jeunes pousses, récoltées juste après qu’elles aient émergé de terre au printemps, sont aussi comestibles, crues ou cuites et elles ont un goût sucré.

 

 

Group 3 – Semences en pot

 

Semer les grains tout d’abord en pots et les laisser se développer ainsi pendant quelques semaines demande certes plus de temps et de ressources, mais c’est certainement la meilleure facon d’intégrer des annuelles dans un jardin pérenne. Il est préférable d’utiliser des pots d’au moins 9cm de haut pour encourager le developpement des racines avant de les repiquer. Semez quelques graines dans chaque pot et éclaircir ensuite pour ne garder qu’un seul plant, ou quelques-uns, suivant les espèces (il vaut mieux ne garder qu’un seul chou par exemple, alors que l’on peut laisser à peu près trois plants d’amarante). Les jeunes plants sont prêts à être repiqués au jardin lorsque leurs racines sont bien developpées mais pensez à bien les arroser pour qu’ils s’établissent rapidement. Pendant les périodes de sécheresse, il vous faudra certainement les arroser plusieurs fois.

 

La majorité des cultures annuelles se développent très bien avec cette méthode. Les légumes-racines, comme par exemple les carottes, qui détestent être repiqués et ne se plaisent pas parmi les vivaces sont l’exception à cette règle.

 

En plus de tous les legumes mentionnés dans les chapitres précédents, on peut aussi planter tous les légumes traditionnels de cette facon : Allium Cepa, l’oignon (30cm x 15cm) et Allium porrum le poireau ( 40cm x 15cm); le céleri (60cm x 25cm) et le céleri-rave (60cm x 25cm), qui sont tous deux des formes d’Apium graveolens; l’endive, Cichorium endiva; (40cm x 25cm) la chicorée, Cichorium intybus (40cm x 25cm); la laitue Lactuca sativa (30cm x 25cm); les tomates, Lycopersicon esculentum (150cm x

30cm); le persil, Petroselinum crispum (40cm x 25cm); les haricots verts, Phaseolus vulgaris (50cm x 25cm); et enfin, le maïs, Zea mays (150cm x 30cm).

 

 

Les Amarantes.

 

Les amarantes sont des plantes à la croissance très rapide qui produisent des feuilles et des graines très nutritives. Plusieurs membres de ce genus sont depuis longtemps cultivés pour l’alimentation, surtout en Amérique du Sud et dans d’autres régions tropicales. Ces plantes sont sensibles au gel et c’est pour cette raison qu’il vaut mieux les semer en pot au printemps et les repiquer lorsqu’il ne rique plus de geler. Dans les régions plus clémentes que la Grande-Bretagne[1], vous pourrez les semer directement en place. Ces plantes préfèrent un sol fertile, donc pensez à bien les nourrir lorsqu’elles sont en pot et ajoutez du composte lorsque vous les repiquez en pleine terre et elles vous donneront une superbe récolte de feuilles que vous pourrez utiliser comme des épinards ainsi que de petites graines qui sont très nutritives et une excellente source de protéines. Tous les membres de ce genre botannique sont comestibles et nous vous recommendons en particulier : - A. caudatus, souvent cultivée comme plante ornementale que l’on appelle communément ‘Queue de Renard’(200cm x 45cm)); A. cruentus, l’amarante rouge (200cm x 45cm); A. hybridus, l’amarante hybride (60cm x 30cm); A. hypochondriacus, l’amarante hypocondriaque (120cm x 50cm); et A. viridis, l’amarante verte (50cm x 40cm).

 

 

Anthriscus cerefolium

 

(30cm x 25cm) Les feuilles du cerfeuil commun ont un goût aromatique assez doux qui rappelle un peu l’anis. Elles sont disponibles toute l’année et on peut non seulement les manger dans une salade composée mais aussi s’en servir pour aromatiser une soupe ou un râgout. Elles forment la base des ‘fines herbes’ et sont aussi un ingrédient essentiel du célèbre ‘bouquet garni’. Utilisez les feuilles uniquement lorsqu’elles sont fraîches car leur goût délicat disparait lorsqu’elles sèchent ou pendant une cuisson prolongée. Il est conseillé de renouveler les semis au moins une fois par mois, tant que la saison le permet, afin d’avoir un apport de feuilles continu. Vous pouvez commencer les semis dès la fin de l’hiver et continuer jusqu’au milieu de l’automne. Placez les semis effectués au printemps, à l’automne et en hiver, en plein soleil, mais en été, donnez-leur un peu d’ombre.

 

 

Campanula rapunculus

 

(50cm x 30cm) La campanule raiponce était autrefois un légume-racine commun mais elle a perdu sa popularité à cause de ses récoltes assez maigres. C’est plutôt dommage car cette racine a un très bon goût sucré qui d’après certaines personnes, ressemble à celui des noix. On peut la manger crue ou cuite avec d’autres légumes-racines comme les carottes. On peut manger les feuilles crues ou cuites, elles ont un goût assez fade et une petite touche de sucré, et sont très bonnes en salade. Cette plante est très jolie lorsqu’elle est en fleur, ce qui intervient la deuxième année car c’est une bisannuelle.

 

 

Cucumis sativus

 

(200cm x 50cm) A priori, on ne penserait pas forcément à planter des concombres au milieu de plantes vivaces, mais c’est tout à fait possible. Le secret est de les considerer comme des plantes grimpantes et les planter près d’un arbuste le long duquel ils puissent monter. Attention tout de même à ce que cet arbuste soit assez robuste, car la plante et les concombres représentent un certain poids et pourraient casser les branches trop frêles pour les supporter.

 

 

 

 

Cucurbita pepo

 

(100cm x 120cm) Il est question ici des variétés buissonnantes des courges et courgettes et non pas des citrouilles vigoureuses dont les tiges peuvent mesurer plus de 5 mètres de long. Ces variétés buissonnantes sont tout de même un peu trop larges pour être plantées parmi les vivaces, mais on peut parfois leur trouver une place, par exemple lorsqu’on vient de planter un nouveau massif de vivaces et qu’on leur a donc laissé de l’espace pour qu’elles s’étendent, ou encore lorsque, malheureusement, une plante vient de mourir et a laissé un trou.

 

 

Helianthus annuus

 

(300cm x 30cm) Le tournesol est une plante très haute, majestueuse mais qui ne prend que très peu de place au sol. Cultivé fréquemment pour ses graines comestibles, il lui faut en fait un été plus chaud et plus sec que l’été britannique typique pour le bon développement des graines. L’été britannique n’est en général pas assez chaud et sec pour que les graines se développent et mûrissent correctement sans moisir. Si on les démarre en pot assez tôt, cependant, les graines auront le temps de mûrir dans la plupart des régions d’Angletterre[2]. Les graines, riches en huile, ont un goût de noix délicieux et on peut les déguster crues ou cuites ; on en extrait souvent une huile que l’on peut utiliser en cuisine, dans la vinaigrette, etc. Plusieurs cultivars sont mieux adaptés au climat britannique mais assurez-vous que ces variétés aient de grosses graines car de nombreuses espèces naines ont des graines trop petites pour être consommées.

 

 

Lens culinaris

 

(45cm x 25cm.) Peu de gens savent que les lentilles sont des plantes assez rustiques et qu‘on peut les cultiver à l’extérieur au moins dans les régions les plus clémentes de Grande-Bretagne. Bien que le rendement par plante soit assez faible, les graines sont riches en protéines, très nutritives et faciles à digérer. On les utilise dans de nombreux plats cuisinés, on peut les faire sécher, les moudre et ajouter cette farine à la farine de blé pour faire du pain, etc. et on peut également les faire germer pour les manger en salade.

 

 

 

Lupinus

 

Lorsque l’on mentionne les lupins, la plupart des gens pensent à ces plantes majestueuses dont on voit si souvent les fleurs dans des massifs d’ornement. Cependant, il existe un certain nombre d’espèces cultivées pour leurs graines riches en protéines que l’on peut utiliser de la même facon que les graines de soja. Ces graines ont souvent un goût amer que l’on peut éliminer en les faisant tremper dans un bol d’eau pendant 12 heures, on jette ensuite cette eau avant de les faire cuire. Les trois espèces les plus souvent cultivées pour la consommation sont L. albus, le lupin blanc (120cm x 25cm); L. angustifolius, le lupin bleu (100cm x 25cm); et L.

mutabilis, le lupin changeant (150cm x 25cm). Il existe plusieurs variétés nommées, y compris certaines dont les graines sont beaucoup moins amères.

 

 

Phaseolus coccineus

 

(200cm x 100cm) Le haricot d’Espagne est une espèce grimpante assez haute et très vigoureuse mais on peut le cultiver dans le jardin pérenne en laissant les plantes grimper dans de grands arbustes ou dans une haie. Il faudra récolter ces haricots presque tous les jours en été alors assurez-vous qu’ils soient facilement accessibles, pour ne pas avoir à piétiner les autres plantes pour pouvoir les atteindre.

 

 

Les Physalis

 

(90cm x 80cm) Il existe deux espèces de tomatille, ou ‘Amour en cage’ très proches, P. ixocarpa et P. philadelphica. Elles produisent toutes les deux un fruit comestible entouré d’un calice. Appartenant à la même famille que les tomates, elles remplacent très bien ce fruit dans les plats cuisinés comme par exemple les ragouts. On peut aussi manger ce fruit cru mais il faut qu’il soit bien mûr, et ce n’est pas le genre de fruit que l’on mange en grande quantité.

 

 

Solanum scabrum / S. lanceifolium

 

(60cm x 30cm). Ressemblant beaucoup à la morelle noire, S. nigrum, la morelle scabre a été selectionnée spécifiquement pour produire un fruit comestible que l’on peut cuire et ajouter à des conserves, confitures ou tartes. Ces fruits ont un goût musqué et plaisant, on peut en manger quelques-uns crus mais il faut faire attention à ce qu’ils soient bien mûrs car les fruits verts contiennent un peu de solanine (substance toxique que l’on trouve également dans les pommes de terre).

 

 

Group 4 - Les ‘enquiquineuses’

 

Présentées ici sont ces plantes que Ken Fern, pour diverses raisons, a catégorisé comme trop difficiles pour faire partie d’un jardin pérenne, ou encore celles qui demandent une attention particulière. Certaines de ces plantes ont de fortes

chances d’étouffer les vivaces tout simplement à cause de leur taille, d’autres mettent trop longtemps à germer et pousser. Nous traiterons de chacune de ces plantes ci-dessous.

 

Arctium lappa

 

(200cm x 100cm) Alors que l’on considère généralement la Grande Bardane comme une plante sauvage et advantice occasionnel en Grande-Bretagne, elle est communément cultivée comme aliment au Japon où un certain nombre de variétés ont été developpées. Tolérant un peu d’ombre, il faut beaucoup de place à cette grande plante pour pouvoir fleurir et monter en graine (elle peut mesurer jusqu’à 2 mètres de haut et 1 mètre de large) et elle risque d’étouffer des plantes plus petites qui se trouvent autour d’elle. Si vous plantez la bardane parmi les vivaces, il vous faudra la placer au milieu d’arbustes. La racine de grande bardane est assez fine mais longue, il faut donc également prévoir de la place pour y accéder afin de la déterrer. On peut manger la racine crue quand elle est jeune, mais on la laisse en général se développer plus longtemps et on la fait alors cuire. Elle a un goût assez doux et, tout comme les pommes de terre, elle absorbe le goût des autres aliments pendant la cuisson. La grande bradane est très bonne pour la santé, on l’utilise aussi comme plante médicinale car elle a la capacité d’aider le corps à éliminer les toxines. C’est un très bon exemple de nourriture qui guérit et médicament qui nourrit !

 

 

Chaerophyllum bulbosum

 

(30cm x 30cm). Le cerfeuil tubéreux est parfois cultivé pour sa racine comestible. C’est une plante très facile à cultiver une fois que les graines ont germé, et c’est là le problème. La graine peut mettre beaucoup de temps à germer et il faut donc la semer à l’automne ou bien dès qu’elle est mûre. Les graines plus anciennes peuvent mettre 12 mois à germer. La plante n’aime pas beaucoup être déplacée et il faut donc la repiquer dès que possible. Cette plante peut se ressemer toute seule et se renouveller d’elle-même au jardin, pour cela, il faudra laisser au moins quelques plantes fleurir et disséminer leurs graines, donc faites bien attention quand vous désherbez. Cependant, après tous ces efforts, est-ce que cette plante en vaut vraiment la peine ? Eh bien, les racines sont assez petites, et les rendements sont donc assez faibles mais elles ont un excellent goût aromatique et on peut les manger crues ou cuites. Crues, elles sont assez farineuses, mais elles deviennent plus sucées et leur texture plus farineuse avec la cuisson.

 

 

Les Cucurbitacées

 

(100cm x 500cm) Les citrouilles et les courges sont des plantes très vigoureuses et vu que leurs tiges peuvent mesurer plus de 6 mètres de long, elles sont beaucoup trop encombrantes pour être intégrées à un massif de taille moyenne. Pour ceux qui ont de la place, il serait intéressant d’expérimenter en les plantant du côté ensoleillé d’un massif d’arbustes ou même en bordure d’un bois orienté sud ou sud-ouest. Dans ces conditions, cette plante grimpante (car c’est bien une grimpante à l’état sauvage) pourra s’étendre le long du sol et monter sur les plantes avoisinantes.

 

 

Daucus carota sativus

 

(30cm x 30cm). Plusieurs problèmes émergent lorsque l’on tente de faire pousser des carottes parmi les vivaces. Premièrement, la graine est assez longue à germer et les pousses sont frêles et mettent du temps à grandir. On peut remédier à ces problèmes assez facilement en semant en pots comme dans la section précédente, malheureusement les jeunes plants ne supportent pas du tout le repiquage et leurs racines ne se développeront pas bien si elles sont déplacées. On ne peut pas les faire pousser dans des pots de 9cm car les racines toucheront le fond du pot avant que les parties aériennes ne soient suffisamment développées pour qu’on puisse les repiquer et par conséquent, les racines se déforment et sont de mauvaise qualité. On pourrait semer les graines dans des pots plus profonds mais ce serait gaspiller des ressources et on se demande si ça en vaut la peine.

 

 

Pastinaca sativa

 

(50cm x 25cm). Les graines de panais mettent encore plus de temps à germer que les carottes et pour ce qui est de les intégrer parmi les plantes vivaces, les panais posent les mêmes problèmes que celles-ci (voir ci-dessus).

 

 

Conclusion

 

On peut intégrer assez facilement de nombreuses annuelles parmi les vivaces et les cultiver de cette façon est non seulement très productif, mais cela garantit également une utilisation durable de la terre. De plus, vous pourrez observer que les plantes sont alors beaucoup moins susceptibles aux attaques de parasites et de maladies. Même si certaines plantes sont attaquées, les autres ne seront pas affectées car elles sont isolées les unes des autres. Plusieurs annuelles ne sont pas faciles à intégrer à un système pérenne mais plutôt que de se concentrer sur ces difficultés, mieux vaut peut-être trouver des équivalents parmi les milliers de plantes vivaces que l’on a jusqu’ici négligées en tant que sources alimentaires.




[1] En France, au sud de la Loire.

[2] et donc de France.

      You can download this page as a PDF

 

Plant Uses

Edible Uses
Medicinal Uses
Other Plant uses
Woodland Gardening
Why Perennial Plants?
Top Edible Plants
Top Medicinal Plants
Garden Design
Habitats
Translations

Twiter      Facebook

Content

Content Help
Bookshop
Support Us
Blog
Links
Old Database Search
Suppliers
Contact
About Us
News
Sign In

PFAF Newsletter

Stay informed about PFAFs progress,
challenges and hopes by signing up for
our free email ePost. You will receive
a range of benefits including:
* Important announcements and news
* Exclusive content not on the website
* Updates on new information &
functionality of the website & database

We will not sell or share your email address.
You can unsubscribe at anytime.